Yves Vedrenne, Marionnettiste

Yves Vedrenne

Bienvenue sur le Blog du Poète Marionnettiste Yves Vedrenne !

yves cholet spt 2006

 

L’Atelier du Livre qui rêve présente

 

« Je vois, j’imagine »

        dessin Yves Vedrenne                       

visuel exposition Yves Vedrenne je vois, j'imagine

Exposition Itinérante autour des oeuvres d’Yves Vedrenne   

Marionnettes, Maquettes, Décors, Recherches de personnages autour de la littérature jeunesse

                                   Renseignements : 02 40 82 70 38   angele.vedrenne@yahoo.fr   

 

A l’occasion d’une résidence à la Maison de quartier de la Madeleine Champs de Mars à Nantes, L’Atelier du Livre qui rêve a imaginé une exposition de maquettes et de marionnettes créées par Yves Vedrenne.

Cet auteur-poète d’exception,  a consacré toute sa vie à imaginer de nouvelles formes artistiques en direction du jeune public, soit plus de 40 ans de créations et de recherches autour du livre jeunesse.

Au fil de cette exposition, les visiteurs pourront découvrir le parcours d’un artiste original qui a dédié l’intégralité de son oeuvre au jeune public, des marionnettes et des formes animées conçues pour les spectacles de L’Atelier du Livre qui rêve, des maquettes de décors, recherches autour des personnages de la littérature jeunesse  ainsi que les différentes étapes artistiques de la conception d’un spectacle pour enfants.

Cette exposition est animée par les comédiens du Livre qui rêve :

Les personnages sortent des livres...

Conçue de manière ludique et interactive, cette visite est ponctuée de devinettes, d'anecdotes, d’histoires ou de jeux autour du livre jeunesse. 

« Un jour, il y avait une histoire qui voulait être racontée »

                                                            

Composition3 angele morg arnaud jeu

Si vous desirez accueillir cette exposition dans votre structure:
Renseignements: 02 40 82 70 38
angele.vedrenne@yahoo.fr
http://www.atelierdulivrequireve.fr/

credit photo: Atelier du livre qui rêve

 

 

 

DSC00489__2_

P1010014

P1010035 (2)

P1010038 (2)

 

 

 


21 février 2012

Yves VEDRENNE, naissance d'un poète aux ciseaux d'or...

 

Il est né le 31 Décembre 1930 dans le sixième arrondissement de Paris.

En tête de cortège, il porte fièrement le drapeau du premier défilé du 1er Mai 1936. Faut-il voir là une prédestination concernant le choix qu'il fit en matière de manipulation : la marionnette à tige tenue à bout de bras ?

Un instant agent de la RATP, il prend sa retraite juste après son service militaire !

 Il reçoit une formation traditionnelle avec Marcel TEMPORAL et Max JACOB (le marionnettiste allemand).

 Il reçoit aussi, d'Yves JOLY la poésie et le souffle créateur, de Pierre HUSSENOT (frère du comédien et inspecteur à Jeunesse et Sports) la nouveauté d'élaborer en quelques coups de ciseaux tout un monde marionnettique d'une simple feuille de bristol (qui selon la définition d'Yves Joly est « une feuille de papier un peu épais voire une feuille de carton un peu léger ») et de Georges TOURNAIRE, (issu des « Comédiens-Routiers » de Léon Chancerel), la fantaisie et l'originalité de la manipulation, lors de stages organisés par la Direction de la Jeunesse et des Sports.

 En 1951, il créé LA COMPAGNIE DU MANIFOLE avec Geneviève ROEHRIG et Georges TOURNAIRE (tous deux manipulateurs dans la troupe d'Yves JOLY).

TOURNAIRE les quitte en 1953 pour fonder sa propre compagnie avec Bob GOUGE.

 C'est sans doute en voyant le personnage-présentateur «LE MANIFOLE », que l'écrivain Edmond HUMEAU, prix de la poésie Max JACOB 1961 (cette fois-ci, c'est bien le poète), inventa son nom qui veut dire littéralement « main folle »

Le manifole

En effet, ce drôle d'oiseau à lunettes vertes, habillé d'un ample costume à carreaux noirs et blancs, manipulé à l'aide de deux tiges, l'une permettant l’extension infinie du cou, l'autre de donner un balancement au costume auquel étaient attachés les bras. Si bien que la démarche « dandinante » du personnage faisait balloter ses mains d'une façon folle. 

En 1954, la compagnie accueille Emile COPFERMANN venu de la troupe du TOURNESOL d'Aix-en-Provence.

En 1955/56, le plasticien Marcel VIOLETTE, puis en 1959, la comédienne Monique Bermond et le musicien Jean NATY BOYER les rejoignent.

Citons entre autres talents qui participèrent à l'aventure du MANIFOLE les comédiens Madeleine et Lucien MORISSE qui jouèrent dans « YVANHOE » en 1960.

La MOUFFE 

La MAISON POUR TOUS située au 76 de la rue Mouffetard fut la toute première en France, les associations y militent contre la misère (hygiène et santé pour les enfants) et l'indigence culturelle (création d'une UNIVERSITE POPULAIRE, présentation de spectacles, de concerts...). Sous la direction (1948-1978) de l'actif Georges Bilbille, elle devient un foyer d’action culturelle.

Le MANIFOLE prend la succession, en 1954, de la troupe d'Adrien KAISER qui présentait des spectacles de marionnettes à tringle. Pour la petite histoire Raymond DEVOS venait très souvent nous voir à la MOUFFE car dans sa jeunesse il avait été marionnettiste dans cette troupe.

La petite salle de 200 places accueille pour une somme très modique les gamins du quartier de Mars à Novembre. Ils viennent suivre les « AVENTURES D'ALPHONSE », réjouissant personnage à la verte moustache. Alphonse 1Au fil des « JEUDIS DE LA MOUFFE » en 2 séances, l'une à 14 h., l'autre à 16 h. il connaîtra des fortunes diverses, «ALPHONSE PATINEUR », « ALPHONSE VA AU MARCHE », « ALPHONSE GONDOLIER », « ALPHONSE  PHOTOGRAPHE »...  Selon Guy LE BOLZER : « ...C'est le TOM MIX 1958 de la MOUFFE. Le héros à épisodes, naïf, tendre, impayable, qui fait hurler la salle, vaciller les murs, renifler les petites filles, haleter les garçons, rêver les grandes personnes ». Sans oublier « LE NOEL DU HIBOU VANTARD », « LE BAL DES ANIMAUX », « LE NOËL DU PETIT PINGOUIN BLEU », « LE MESSAGER DES NEIGES », « LE LAPIN COSMONAUTE »...


Mais le MANIFOLE ne fait pas que présenter ses propres spectacles il invite aux « JEUDIS DE LA MOUFFE » nombre de troupes qui offrent à cette époque des spectacles novateurs pour le jeune public. De mémoire, GILLES ET SES MAROTTES ,  LES FRERES BAZILLIER , CLAUDE ET COLETTE MONESTIER  et bien d'autres...

« Georges TOURNAIRE, le regretté et magnifique manipulateur d'Yves JOLY, forma avec Geneviève ROEHRIG et Yves VEDRENNE la Compagnie des « MANIFOLES » (sic : du MANIFOLE). Chaque jeudi puis chaque mercredi, celle-ci, quand elle ne jouait pas, accueillait pour une durée d'un mois une troupe différente qui donnait deux représentations consécutives.

Tous les marionnettistes de France et de Navarre sont passés par la Mouffe, de JOLY et ses « Mains Joly » à CHESNAY avec ses poupées à fils « La Tempête » de SHAKESPEARE, de VIOLETTE à RECOING, des DOUGNAC à la Compagnie des Marottes, de SCHWARTZ mettant superbement en scène Anatole FRANCE, jacques PREVERT ou David et Goliath, à la Compagnie du Tournesol, de TEMPORAL à Bob GOUGE...

Il faudrait citer tous ces prodigieux manipulateurs : d'ombres chinoises, de Pierrots lunaires jouant avec les étoiles dans la lumière noire des projos, de marottes, de marionnettes à fils, à fils et à tringle, en pâte à papier, en bois, en carton, en ustensiles de ménage, en matière plastique ou en plume. 


jieichjdMiraculeux spectacles créés pour les enfants, grands et petits, qui y ont assisté par milliers, et merveilleuse Geneviève ROEHRIG, ordonnatrice de ces matinées féeriques.

Au cours du premier festival international de marionnettes organisé à la Mouffe, Emile COPFERMANN, grâce au concours du Musée d'Art et de Tradition Populaire (sic : des Arts et Traditions Populaires), présenta « Coup d'oeil sur la marionnette ». Remarquable exposition de poupées de tous pays, où pendant près de trois semaines, chaque jour une compagnie présentait son spectacle . »

(in « UNE HISTOIRE DU THEATRE », 1948-1976, DU COTE DE MOUFFETARD, Georges BILBILLE, Éditions ALZIEU, GRENOBLE, 2003, p. 63 à 64)

 Plusieurs pièces seront produites par le MANIFOLE sur le plateau de la MOUFFE entre autres :

« ALICE AU PAYS DES MERVEILLES » dont j'ai assuré la scénographie et les costumes

( photo: Yves vedrenne)

Une comédie musicale, « LES 24 HEURES D'ALBERTINE » (1960) de Kouikette TERRAIL avec Hélène MARTIN et Jacques DOYEN.

Les multiples talents du créateur 

En 1956, Jacques POLIERI, metteur en scène singulier et théoricien de cet art, scénographe révolutionnaire, producteur de spectacles « multimédia » fonde avec cet autre génie de l'architecture, LE CORBUSIER, le « FESTIVAL DE L'ART D'AVANT-GARDE ». Dans ce cadre, Yves VEDRENNE créé au THEATRE DE L'ALLIANCE FRANCAISE, des formes abstraites montées sur ressorts et glissées sur des patins. Elles apportent par leur manipulation aléatoire une présence visuelle spectaculaire aux textes de Jean-Pierre FAYE, Fernando ARRABAL et Jean THIBAUDEAU sur la mise en scène de POLIERI.

 Formateur national, il encadre des stages aux CEMEA, (c'est de là que viens mon engagement en 1957 pour les marionnettes et mon entrée au MANIFOLE un an plus tard).

 Le MANIFOLE, est présent à l'EXPOSITION UNIVERSELLE de BRUXELLES de 1958, où il joue son spectacle au pavillon de FRANCE .

creation cabaret adulte lumiere noire 1955 reve de chat

 

 

 

En 1959, il présente au THEATRE SARAH BERNARD à PARIS dans le cadre du THEATRE DES NATIONS, un jeu musical « CHAT FONCE A L'ORANGE », un surprenant ballet de formes abstraites, de lumières et de couleurs. 


 

( Photo spectacle "Chat fonce à l'orange")

 

 

 A partir de 1959, le comédien Jean DANET se lance dans une aventure de décentralisation culturelle qui perdure, un nouveau « chariot de THESPIS » : les « TRETEAUX DE FRANCE ». Sous un chapiteau de 400 places et sur une scène conçue par René ALLIOT, il présente, en soirée, une pièce de théâtre et l'après-midi un spectacle destiné au jeune public. Les marionnettes du MANIFOLE, joueront d'été en été, « YVANHOE », « LES VOYAGES DE GULLIVER », « LES CONTES » de Claude AVELINE et tant d'autres.

J'ai suivi avec Yves et Geneviève VEDRENNE ce séduisant « capitaine FRACASSE » pendant deux saisons, à la création et l'année suivante.

En 1960, pendant que Jean DANET offrait en soirée, au public estival, avec la troupe de Jean DAVY, « ANTIGONE » d'ANOUILH, Le MANIFOLE présentait, aux plus jeunes, un imposant spectacle « YVANHOE » avec de grandes marionnettes à tiges.

Bien avant que cette façon de montrer soit à la mode, en 1964 il invente de grandes marionnettes à tiges en carton à manipulation collective à vue qui côtoient les comédiens pour un « DON QUICHOTTE » mis en scène par Edmond TAMIZ au THEATRE RECAMIER.

 

                                        Don quichotte

( Photo spectacle "Don Quichotte")

Il me faut évoquer aussi le cabaret-restaurant du « CHEVAL D'OR », inventé dans une ancienne bonneterie par Léon THERNIAK et Jean-Pierre SUC. Situé au 33 de la rue DESCARTES dans le cinquième arrondissement de PARIS. De 1955 à 1969 il fut un haut lieu, non seulement de la chanson française (BRASSENS, RICET-BARRIET, Anne SYLVESTRE, Bobby LAPOINTE ,Henri DÈS, Pierre PERRET...) mais aussi du spectacle vivant (Raymond DEVOS, PETIT BOBO, Pierre ETAIX, Romain BOUTEILLE, les marionnettes de TOURNAIRE et GOUGE, celles du MANIFOLE, [c'était à deux pas de la MOUFFE]…), François TRUFFAUT y vint aussi...

histoire dun chien en papier bibleMétamorphose

( photo "histoire d un chien en papier bible" )                       ( photo: "Les Métamorphoses")

Il fallait voir le « PÈRE LÉON » derrière son petit comptoir, l’œil à tout, jouant la lumière en finesse sur un vrai « jeu d'orgue » avec ses robinets à boisseau car la salle était encore équipée de becs à gaz !

Dans le cabaret tenu par Kouikette TERRAIL, « LE PETIT PONT » situé en bord de Seine, face à NOTRE DAME, j'ai vu pendant les « SEMAINES POÉTIQUES » dédiées à ARAGON ou à QUENEAU, Yves VEDRENNE bouchonner un journal, le placer dans le faisceau d'un projecteur et improviser des jeux d'ombre pendant que Jacques DOYEN, « l'homme à l'écharpe rouge » récitait des poèmes. Magique !

 Il participe évidemment à de nombreux festivals, celui d'AVIGNON, celui du MARAIS...

 

Marionnette cabaret 2Marionnette cabaretPierrot et arlequin 1967

 ( Photo "Alphonse Patineur")                                                                                                                                 

La séparation d'Yves et Geneviève VEDRENNE dans les années 67/68, si elle fut dommageable pour LA COMPAGNIE DU MANIFOLE, elle permit la création pour Geneviève du « THEATRE D'ANIMATION DU MANIFOLE » et pour Yves, en 1968, la fondation, avec Françoise LECOUTRE du « CENTRE D'ART ET D'ESSAI DU SPECTACLE POUR ENFANTS ». 

 

 

 Auteur de l'article:  © Marcel VIOLETTE. Plasticien, marionnettiste, professeur d'art appliqué à la création :

  • Yves VEDRENNE de 1930 à 1968

 

 

 

Une histoire d'amour, plus de quarante années consacrées à la création

 

CENTRE D'ART ET D'ESSAI DU SPECTACLE POUR ENFANTS

En 1970, Yves VEDRENNE et Françoise LECOUTRE créent le CENTRE D'ART ET D'ESSAI DU SPECTACLE POUR ENFANTS à MALAKOFF où la compagnie a un atelier d'artiste et collabore avec la ville pour des spectacles et expositions.

Circulation jusqu'en 1984  avec le chapiteau des TRÉTEAUX DE FRANCE dont Yves VEDRENNE dirige l'unité pour enfants ( 1000 places ).

En 1970 Création de " BORKA L'OIE SANS PLUME  " et de " TRUBLOFF LA SOURIS QUI JOUAIT DE LA BALALAÏKA " Deux livres de John BURNINGHAM, adaptation et mise en espace pour des marionnettes. Ces spectacles seront joués sous le chapiteau implanté sous la GRANDE HALLE BALTARD à PARIS pendant un mois.                                        ( photo spectacle "Fleur de Lupin")

En  1971 création de " FLEUR DE LUPIN " de Binette SCHROEDER.Fleur de Lupin 3

C'est le début d'un partenariat avec l'ECOLE DES LOISIRS qui proposera au CENTRE D'ART ET D'ESSAI une sélection remarquable d'auteurs de livres pour la jeunesse dont Yves VEDRENNE mettra en scène les histoires. Ces deux spectacles seront présentés au FESTIVAL D'AVIGNON dans le cycle Théâtre pour enfants proposés par les  CEMEA (Centre d'Entrainement aux Méthodes d’Éducation Active)

 

1972 " COMMENT LA SOURIS REÇOIT UNE PIERRE SUR LA TÊTE ET DÉCOUVRE LE MONDE " un livre d’Étienne DELESSERT.

Le centre dramatique de VIDY à LAUSANNE en SUISSE, propose à Yves VEDRENNE de mettre en scène ce livre et de former pendant deux ans un groupe de comédiens intéressés par les spectacles destinés au jeune public.

Cette création est couplée avec une exposition au MUSÉE DES ARTS DÉCORATIFS de LAUSANNE consacrée aux livres pour enfants.

Étonnante incursion dans le merveilleux, ce voyage d'Yves VEDRENNE est exemplaire   parce que colportant d'abord un langage destiné à préparer les futurs spectateurs au théâtre adulte et de préserver l'enfant du stéréotype de l'explication juste.

Pas de dirigisme dans cette création tirée de l'œuvre d’Étienne DELESSERT mais une théâtralisation d'une histoire écrite,  une invite à appréhender ce qui nous entoure en liberté.

 Un sou pour voir 3

1973  Création pour le chapiteau des TRÉTEAUX DE FRANCE de "  ROSETTE ET LES 40 VOLEUSES " un livre d'Alain CALAME. Adaptation pour comédiens, formes animées et 30 enfants du centre aéré de la BARTHELASSE .

Il sera présenté au FESTIVAL D'AVIGNON et sera joué pour l'inauguration de la Maison de la Culture de TAHITI en Décembre 1973

 

 

 ( Photo spectacle "un sou pour voir")

 

                                                                                    1974 – 1975 – 1976

Les créations  Livres-Théâtre se succèdent mêlant comédiens marionnettes et formes animées

–       " MAIS JE SUIS UN OURS " de Franck THASLIN

Mais je suis un ours

_    " UN SOU POUR VOIR " deHarve et Margot ZEMACH

–       " JEAN DE LA LUNE " de Tomi UNGERER

Jean de la lune livre

 

 

 

 

 

                  ( Photo spectacle "Mais je suis un ours")

 

 

 

En 1976, le Ministère des Affaires Culturelles à Paris demande à Jacques PRÉVERT l'autorisation pour Yves VEDRENNE de créer sous forme d'une promenade-spectacle l'un de ses plus beaux textes "L' OPÉRA DE LA LUNE "

opéra de la lune 4( photo spectacle "L'Opéra de la Lune")

Il sera joué au Centre BEAUBOURG et dans de nombreuses villes en France avec un succès considérable.

 

En 1980, création de " BÉBÉ ", un livre de Fran MANUSKIN, adaptation pour marionnettes comédiens et formes animées

 visuel bébé

 

Ce spectacle sera joué pendant plus de 20 ans sans interruption.

 

 

 

De par son thème " LA NAISSANCE " et une approche de la sexualité, il touchait enfants et adultes comme une histoire merveilleuse et essentielle " celle de la vie "

 

 (photo spectacle "Bébé" © livre qui rêve)             

           L' ATELIER DU LIVRE QUI REVE

 

. L'ATELIER DU LIVRE QUI REVE a été créée par Yves VEDRENNE et Françoise LECOUTRE en 1986 dans les PAYS DE LA LOIRE.

Depuis maintenant 25 ans , L'ATELIER DU LIVRE QUI RÊVE implanté dans les PAYS DE LA LOIRE continue de créer des spectacles pour enfants et tout public à partir de la littérature, des mots et de la Poésie.

                                                                           
                             

                                            
crédits vidéos : Christiane Blanchard " />

                                   
Atelier du Livre qui rêve

Cette compagnie de jongleurs de mots et de montreurs d'images qui sillonnent villes et villages circule  partout en FRANCE et à l’Étranger.

                                                                                 

De 1994 à 1998  : Partenariat avec la ville du LAMENTIN ( MARTINIQUE ) pour une sensibilisation aux livres et aux techniques d'animation. Formations et stages destinés aux Bibliothécaires et personnels des crèches et haltes garderies.

En 1998, pour commémorer l'abolition de l'esclavage, création de " L'ESCLAVE QUI PARLAIT AUX OISEAUX"  un livre d'Yves PINGUILLY

maitre ecole

12

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   ( Photos spectacle "L'escalve qui parlait aux oiseaux"  © livre qui rêve)

 

Cette mise en espace d'Yves VEDRENNE pour marionnettes et comédiens sera jouée en MARTINIQUE et en FRANCE dans des nombreux festivals.

 

De 2000 à 2011, les comédiens du LIVRE QUI RÊVE et Yves VEDRENNE alternent créations et animations.

Résidence pendant 10 ans au Musée DOBRÉE à NANTES avec une programmation pour enfants et public familial.

 

Parmi les spectacles proposés :

" BROUTILLE ". Théâtre de papier pour montreurs d'images.                     ( photo spectacle "Broutille"  © livre qui rêve)visuel La nuit de l'enfant Lune Atelier du Livre qui rêve

 

" GEORGES LEBANC". Comédiens conteurs et formes animées, d'après les livres de Claude PONTI

 

 

 

 

                                                                                                                                               

   " EN SUIVANT LE FIL " ou la Mythologie racontée aux enfants. Théâtre d'ombres et conteurs

en suivant le fil triton

Le livre qui rêve

 

 

 

 

 

 

 

( Photos spectacle "En suivant le fil"  © livre qui rêve)               

 

 " LE CIRQUE D'IZIS " de Jacques PRÉVERT

 " L'ARBRE LECTEUR ". Théâtre d'objets

 et dernièrement ( octobre 2011) " LES HISTOIRES DU CHAPEAU GOURMAND"  Théâtre d'ombres 

photo 15 bloc 3 (© lqr) Les histoires du chapeau gourmand

 

 

Auteur de l'article:       © Françoise LECOUTRE VEDRENNE.comédienne, directrice artistique de L'Atelier du Livre qui rêve

Yves VEDRENNE 1970- 2012

 

23 février 2012

Yves VEDRENNE : émerveilleur , ouvreur d’imaginaire …

Ma rencontre «en vrai» avec l’homme et l’artiste aura été pour moi, déterminante… Je me souviens d’ un mercredi après midi dans les années 75 à la Librairie de l’Université de DIJON : il était venu présenter avec Françoise LECOUTRE un extrait de spectacle pour enfant (Mais je suis un ours) qui m’avait « espanté ». Ils proposaient une approche artistique qui ne ressemblait en rien à ce que nous connaissions … une sorte de parcourt féerique…

numérisation0021

VEDRENNE était certes un marionnettiste « célèbre » mais en fait c’était un «émerveilleur » un « ouvreur d’imaginaires » … qui sans discours convenu emmenait les petits et les grands dans des voyages et des contrées inconnues …dans des rêves magiques , magnifiques...

Son travail original et singulier partait d’œuvres d’artistes connus et reconnus que les éditions l’ÉCOLE DES LOISIRS publiaient. Yves VEDRENNE avec un talent inégalé, les mettaient en espace avec, clins d’œil à Picasso, de grandes formes animées par des comédiens évoluant dans des décors féeriques sur des musiques ludiques originales, hors de toute mode commerciale … et sans aucun effet technologique

Durant 20 ans, j’ai œuvré au sein d’une équipe de précurseurs précepteurs amoureux des livres et de la lecture de jeunesse…. composée d’animateurs, de bibliothécaires, d’enseignants, et de … parents qui se nourrissaient du talent d’Yves VEDRENNE dirigeant le CENTRE D'ART ET D'ESSAI DU SPECTACLE POUR ENFANT.

 ( photo spectacle "Fleur de Lupin")

Ils nous ont proposés de nombreux « livre théâtre » en nous faisant découvrir et aimer : Binette SCHROEDER (FLEUR DE LUPIN) Tomy UNGERER (JEAN DE LA LUNE) , Frank TASHLIN (MAIS JE SUIS UN OURS), Fran MANUSHKIN (BÉBÉ) , Maurice SANDAK (MAX ET LES MAXIMONSTRES) John BURNINGHAM (BORKA L'OIE SANS PLUMES) , Etienne DELESSERT (COMMENT UNE SOURIS RECOIT UNE PIERRE SUR LE TËTE ET DÉCOUVRE LE MONDE) Jacques PREVERT et Robert DESNOS (LE CIRQUE D'ISIS, L'OPÉRA DE LA LUNE …)

 Un bilan impressionnant pour les« tournées » de livre théâtre dans les villages de Bourgogne :

La petite fille sur la balançoire

En 1981 et 1982, à l’initiative des Foyers Ruraux, « LE CENTRE D'ART ET D'ESSAI DU SPECTACLE POUR ENFANTS » est venu présenter 32 spectacles, « livre théâtre », 9 animations (ateliers danse, masques et expression) et 2 stages pratiques destinés aux parents animateurs, bibliothécaires et enseignants)

Pas moins de 50 associations, de 60 villages et de 80 écoles représentant 6000 enfants, se mobilisèrent.

 

 

Le plus spectaculaire était le don d’Yves VEDRENNE d’entrer en scène tranquillement et de découper une simple feuille de papier Canson, et de commencer a raconter une histoire avec l’animal ainsi créé (un oiseau, le « chien repassé ») et les éléments criés par les enfants émerveillés s’installant dans l’histoire inventée sans aucun artifice … Place à l’imaginaire et aux rêves… et le spectacle commençait….

                                                                yves enfants

Pas de discours convenu, mais être et vivre la magie poétique de l’instant présent ici et maintenant …. « laisser l’ enfant découvrir les signes qui habitent son espace et susciter la création d’autres espaces habiter ses propres signes » déclarait Yves VEDRENNE au journal LES DÉPÊCHES du 14 mai 1982.

 

Auteur de l'article: « Histoire et bilan des interventions d’Yves VEDRENNE en Bourgogne 1975 – 1995 ». © Joël RAIMONDI consultant FIDES Conseils et trésorier du THÉATRE DES AFFAMÉS pour Françoise LECOUTRE-VEDRENNE  ATELIER DU LIVRE QUI REVE le 31 Janvier 2012

Posté par angelev à 10:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Yves VEDRENNE , un grand artiste pour les tout petits

Comme l’écrivaient si joliment Tony LAINÉ et Gilbert LAUZIN « nous sommes tous des bébés prolongés et nous avons presque tous perdu la mémoire ». Pour notre bonheur Yves VEDRENNE appartenait à la minorité des « presque », des « pas pareils » et grâce à ses trésors sa magie irradie encore moult quotidiens.

                                                                 La maison la plus grande du monde 2

( Photo spectacle : "La maison la plus grande du monde" d'après un livre de Léo Lionni)

Fin 1984 , une série de trois émissions télévisées bouleverse la grande majorité des adultes : « LE BÉBÉ EST UNE PERSONNE » Tony LAINÉ, Bernard MARTINO, Gilbert LAUZIN donnent à voir que le bébé n’est pas un simple tube digestif mais une personne qui pour bien grandir a besoin, certes d'être nourrie, caressée et bercée…dans les bras… par les mots, ceux du langage factuel naturellement mais aussi ceux du langage écrit, besoin d’accéder au monde de l’imaginaire. Il en a les compétences.

 « Dans les livres aussi il y a des vitamines » commençait-on à entendre dire…

Déjà Yves VEDRENNE et Françoise LECOUTRE, avec les comédiens de « L’ATELIER DU LIVRE QUI RÊVE » offraient aux heureux bébés spectateurs de leurs créations l’ouverture des portes du monde des merveilles  ; la théâtralisation des ouvrages les plus exigeants de la littérature pour la jeunesse, la voie de l’imaginaire.

                                                   L'échapée belle

( photo spectacle: "le parapluie théâtre"© livre qui rêve )

Le premier salon des bébés lecteurs à VELARS-SUR-OUCHES en BOURGOGNE favorisa des rencontres décisives, celle d’Yves VEDRENNE et les comédiens de L’ATELIER DU LIVRE QUI RÊVE avec Joël RAIMONDI (animateur culturel des foyers ruraux), avec  Martine GLAUMAUD (chargée de mission pour la culture à l’INSTITUT DE L’ENFANCE ET DE LA FAMILLE [IDEF]) et avec Marie MANUÉLIAN (de l’association PROMOLEC [Promotion de la Lecture]).

 Yves VEDRENNE s’intéressa aux travaux de l’association ACCES (actions culturelles contre les exclusions culturelles les plus précoces) fondée en 1979 par Marie BONAFÉ, René DIATKINE et Tony LAINÉ, tous trois psychiatres psychanalystes  préoccupés par les professionnels s’occupant de transmissions culturelles précoces .

Occasion privilégiée pour jouir avec les bébés de la mise en espace par le « LIVRE QUI REVE » du « CIRQUE D’IZIS »créé à partir des textes de Jacques PRÉVERT et Robert DESNOS.

 Le petit et le grand

 

Les liens étaient tissés, l'aventure commençait, le navire de l'éveil culturel vogue aujourd'hui en haute mer, les soutes emplies de marionnettes, de décors flamboyants, de mots, de poésies, de livres, toutes voiles gonflées des rêves des petits et des grands.

 

Je remercie Maître VEDRENNE de m’avoir un jour fait la courte échelle pour grimper sur sa planète et, à ses côtés, me sentir plus forte pour vaincre l’inégalité culturelle.

 

( Photo spectacle: "Le grand et le petit")



 

     




Auteur de l'article:  © Martine GLAUMAUD. Conservateur en chef de bibliothèque. Chargée de mission pour la culture à l’IDEF .

 

09 mars 2012

YVES VEDRENNE Créateur d’animations de rue

Yves Vedrenne

Initiateur et réalisateur d’unités mobiles

d’animation culturelles populaires intergénérationnelles

On connaît Yves Vedrenne comme poète. On sait qu’il s’imposa comme manipulateur de marionnettes et de marottes.  Puis on le retrouve réalisateur et metteur en scène de spectacles pour enfants et comme adaptateur inspiré des plus grands auteurs pour enfants de la littérature contemporaine. Toujours en recherche, il était innovateur dans l’esprit . C’est pourquoi, toujours, et quoi qu’il fasse on reconnaissait la « touche Vedrenne » sans jamais pourtant tomber dans la facilité de s’imiter lui-même

                                                   numérisation0018

                                                       Photo: Yves Vedrenne (à droite) et Françoise Lecoutre ( en haut à gauche)

Yves Vedrenne, était  un homme d’une qualité artistique hors du commun, mais aussi d’une humilité presque timide, son respect du public et l’amour des enfants le guidaient.

Je suis persuadé que les petits (et grands) Melunais des années 80, qui, ont plusieurs années de suite eu le privilège de bénéficier de ses « productions » n’ont pas oublié les spectacles, les animations dans les écoles, les ateliers autour du Livre, en général des ouvrages du catalogue des Éditions de l’École des Loisirs…combien d’enfants en pris goût à la  lecture en rencontrant Jean de la lune ou le Petit bleu et le Petit Jaune.

Vedrenne comme l’appelaient ses familiers et ses amis…en quittant un lieu ne laissait que des regrets…et des souvenirs inaliénables.

Mais l’une de ses forces en plus de ses multiples talents, était de savoir, bien avant d’autres « troupes » de création contemporaine, conjuguer toutes les disciplines…artistiques du spectacle vivant. Ouvert à toute idée nouvelle et il n’a jamais reculé devant la difficulté d’une entreprise de création (risquant souvent des sourires narquois voire que ses projets soient taxés d’incongrus), mais le saltimbanque qu’il était, savait non seulement convaincre et enthousiasmer, mais en plus il savait se faire apprécier autant qu’aimer.

 

C’est ainsi que de 1973 à 1983, il anima les lieux que fréquentaient les enfants (Centres de Loisirs, écoles, jardins publics..), mais aussi et surtout la rue (au pied des « tours »).

                                           Opéra Polaire

                                         ( Photo: Ateliers de création  autour de "L'Opéra Polaire" d'après un livre Elke Heidenreich  © c.Blanchard)

C’est au cœur même des quartiers périphériques et au centre de la ville qu’il s’installait : avec « sa paire de ciseaux, son agrafeuse et des feuilles de papier ». Et la magie opérait…les enfants (et les parents) étonnés puis subjugués, le silence se faisait, d’abord badauds debout et flâneurs curieux, voyaient ce Monsieur débonnaire et souriant fabriquer en quelques coups de ciseaux avec une agrafeuse et du papier…un crocodile ou un chat, et c’était parti : les enfants l’interpelaient en lui demandant tel ou tel animal, et naissaient des girafes, des chiens …une arche de Noé. Les heureux bénéficiaires des œuvres n’étaient pas peu fiers. (J’ai personnellement revu une dizaine d’années après dans le chambre de leurs enfants un découpage – un basset - donné jadis par Yves à l’un des parents… C’est dire ?)

Puis, peu à peu « les complices » de Vedrenne sortaient de l’ombre, les uns avec une caisse de livres à disposition, que les enfants pouvaient consulter sur place, librement…et assis sur les pelouses interdites, mais exceptionnellement … les enfants lisaient et exigeaient d’aller jusqu’au bout…les parents impatients patientaient ; d’autres complices avaient des mallettes de maquillages ( ce qui était alors encore peu répandu) : les enfants devenaient chats, chiens, lion, tigre…  et ainsi, de fil en aiguille « le Centre d’Art et d’essai du spectacle pour enfants » s’emparait des rues de la ville…inutile de préciser que les spectacles programmés avaient le succès mérité.

 

Toujours dans sa quête du faire plus et mieux, il franchit une nouvelle étape : L’installation de longue durée dans les quartiers au milieu des immeubles durant les vacances d’été.

Les comédiens et les animateurs, arrivaient, s’installaient, faisaient ...était présents, à disposition.Rosette et les quarantes voleuses Très vite les enfants, curieux s’approchaient et venaient voir…souhaitaient participer. Certains animateurs proposaient des découpages, des coloriages, des assemblages. D’autres après avoir installé des tréteaux et étalé des livres racontaient, là, des histoires ou, ici, faisaient, des lectures vivantes. Ailleurs, on proposait de « faire les comédiens » et petit à petit, comme un cirque s’installant l’espace désert et déserté, prenait vie et s’animait.   

Point n’était besoin de publicité où de rabattage pour avoir « du public »…les enfants amenaient les parents…et très vite ceux-ci s’installaient dans cette grande aire vivante de jeux, rencontre et de dialogue.

Puis, régulièrement le magicien aux ciseaux ébahissait les petits et les grands, annonçait un spectacle le soir…alors les futurs spectateurs devenaient apprentis machinistes, sonorisateurs ou décorateurs…et le soir, de spectateur consommateur passif, ils devenaient des spectateurs actifs et réactifs, des participants

Ces initiations aux différents arts du spectacle où jamais la musique n’était absente créèrent une réelle demande des familles et les dialogues avec les parents permettaient une initiation et une approche privilégiée et festive de la culture et du spectacle vivant.

        Un riche trois pauvres Calaferte ©atelier du livre qui rêve                             DSC_0311          

( photo :Ateliers de créations  "un riche trois pauvres" d'après une pièce de Calaferte © livre qui rêve )

Puis vint, à Yves Vedrenne, l’idée que,  bien que ces animations d’été, dont le succès, ne se démentaient pas, elles devraient avoir une particularité et une singularité différentes chaque année.

Ainsi, il y eut l’année de l’Anguille de Melun «  crie avant qu’on ne l’écorche » (dixit Rabelais), l’année du Kaléidoscope, celle de la Montagne molle et celle du Ludion.….ces grandes animations multidisciplinaires restent dans la mémoire des Melunais. Aujourd’hui encore elles sont très significatives et symbolisent près de quarante ans après, un des plus forts moments des animations de l’été melunais.

L’Anguille de Melun, une animation qui a fait intervenir l’ensemble de la population. Typiquement intergénérationnelle, cette manifestation sur deux jours avait nécessité le concours de plus de 2000 personnes, jeunes et vieux, et de quelques dizaines de comédiens  et d’animateurs professionnels. Elle a été préparée au cours de l’hiver et du printemps par la plupart des associations melunaises, du club de Pétanque aux pêcheurs à la ligne en passant par les clubs sportifs, guidés et coordonnés par l’équipe du Centre d’art et d’essai du spectacle pour enfants d’Yves Vedrenne.

C’est donc une gigantesque « Anguille » de 15 mètres de long, portée par quelques centaines d’enfants, dont Vedrenne avait conçu la maquette, qui fut réalisée par éléments dans la dizaine de Centres de loisirs, et rassemblées sur la place centrale de la ville après qu’ils ont été promenés et montrés, accompagnés des groupes musicaux et des enfants déguisés et grimés qui rameutaient les autres… le tout sous l’œil attentif de la Troupe et de ses comédiens.

Arriva le jour de la fête où les divers éléments de l’Anguille se raccrochaient les uns aux autres et après un périple dans le Centre ville. En Apothéose, L’Anguille  elle fut mise sur une barge et s’en alla au fil de l’eau sur la Seine.

                                                       numérisation0002( photo: Le Kaléïdoscope)

Le Kaléïdoscope. Une structure «  Signal » et « Un lieu de Jeu et de spectacle sonorisé», un castelet géant et sur roues, donc mobile et itinérant dans les divers lieux de vie de la ville. Un grand char, construit sur la base d’une très grande remorque agricole avec l’aide de forgerons du cru, durant l’hiver, par Yves Vedrenne, qui en avait conçu avec quelques animateurs de la ville, tant l’exploitation pratique que les possibilités d’utilisation artistiques et d’animation. Ce Signal fort, car haut en couleur circulant dans les rues, motorisé par un tracteur, allait de place en place et accueillait petits et grands. Les cotés et le fonds déployés et nous avions un podium sur 360 °, des stores ouverts protégeaient de la pluie comme du soleil… bref, un petit Centre culturel itinérant où l’ont pouvait jouer, lire, faire ou écouter de la musique…et mille autres choses, car évidemment au fil des mois d’été s’y ajoutèrent d’autres activités…parfois suggérées, voire initiées, et menées par des parents eux-mêmes !

C’est ainsi, qu’avec un architecte de ses amis, Yves Vedrenne installa entre les tours et les barres d’immeubles du quartier de la Zone d’urbanisation prioritaire – ZUP – dont on connaît les difficultés, une espèce de grand coussin aux couleurs vives, constitué par une bâche de plastique adéquat, gonflé plus ou moins selon l’usage que l’on souhaitait en faire.

Peu gonflée, voilà une sorte de « mer » mobile avec des grosses vagues que les enfants enjambaient gaillardement.

Un peu plus gonflée, voilà déjà qu’apparaissait la forme du coussin carré et l’utilisation était l’ascension à l’aide de cordes qui tramaient les pentes…d’où le nom couramment donné à cette animation : la Montagne Molle.

Plus elle était gonflée, plus l’ascension était difficile, mais aussi elle devenait un multitoboggan dans la descente. Un jeu recommencé maintes fois, car arrivé au sommet on était au niveau du quatrième étage des immeubles ..C’était tout simplement merveilleux.

Gonflée totalement on pouvait entrer dans « la Bulle » l’acoustique avait quelque chose de « spécial » et les enfants essayaient toutes sortes sons….Cela donnait une impression un peu surnaturelle. On y fit des animations, des concerts courts…et bien d’autres usages. Le plus important étant la rencontre les spectateurs avec ceux qui font le spectacle.

                                     .Melun0001

                                                      ( Photo: Montage de la structure avec les enfants du quartier)

Rencontre qui se concrétisa l’année suivante par la mise en place du LUDION, un cabaret éphémère (pour l’été) où tous les soirs un spectacle était donné, par des professionnels qui avaient initié des amateurs (enfants et adultes) dans la journée ou les jours précédents…Ce fut un succès puisque l’on refusait chaque soir du monde.

 

Toutes ces actions conçues, menées, dirigées et réalisées par Yves Vedrenne ont fait de lui un personnage connu de tous les Melunais qui se bousculaient durant l’année scolaire pour voir ses spectacles. 

Yves Vedrenne et son équipe, très largement aidés par la commune et ses animateurs locaux, avaient apporté dans sa musette du rêve et de la magie, sans jamais oublier de faire des actions tournées vers la culture et l’animation accessible à tous, et favorisant la rencontre intergénérationnelle


auteur article  © Eric Schlag den Hauffen. Melun Eric0002

                                                                                               ( photo: Eric Schlag den Hauffen, à Melun)

Yves Vedrenne. Le pain chaud du matin tôt

Vedrenne.
Ce n’est pas lui que j’ai connu  au départ de notre aventure, de celle que j’ai connue et menée avec « l’Atelier du livre qui rêve » pour le compte de la Médiathèque du Lamentin dont j’étais alors le conservateur.

Au commencement ce fut: « l’atelier du livre qui rêve ». Une annonce de spectacles pour jeune public, trouvée au hasard de mes recherches pour des projets d’animation à programmer pour la bibliothèque de jeunesse de la Médiathèque du Lamentin, (Martinique).
Georges Lebanc© Atelier du Livre qui rêve« Le livre qui rêve » : une histoire sans fin ! Une histoire extraordinaire ! Je voyais déjà les livres fermer les yeux, s’échapper au milieu de parterres de nuages, écarquiller les paupières et s’envoler dans un arc-en-ciel de petits papiers…

Contact est pris. Et c’est Françoise Lecoutre, d’abord, la rousse pétillante de la troupe (mais je ne le sais pas encore) qui me répond. Et dont je fais la connaissance.  Je comprends qu’il s’agit d’une compagnie de créateurs divers : comédiens, metteur en scène, marionnettiste, tous gens férus de mots et merveilles, de poésie, d’ « innocentines et obaldiaries », évoluant dans des décors de couleurs, de paillettes. Qui veulent donner du bonheur et de la beauté aux enfants. A travers les mots !
Puis Angèle, le rouge hibiscus de la troupe, aux multiples pétales, au sourire et au rire éclatants…Et Yaya…Et Fred.
Cinq années de rencontres (1994/1998), d’échanges au cours desquels je suis amenée enfin à rencontrer Yves. Védrenne. VEDRENNE.   Yves, le mari de Françoise. Et le père d’Angèle. Le compagnon, le père, le grand ’père mais surtout l’âme, l’essence de la troupe, l’initiateur, le référent.

( dessin Yves Vedrenne.Maquette pour spectacle "Georges Lebanc" d'après C.Ponti © livre qui rêve)

 

Vedrenne. Yves. La dérision chevillée à la poésie. L’humour rose…et noir quand ça lui prend. La discrétion. L’éternel amusé.
Vedrenne, qui pratique les beaux mots et les belles phrases de la même manière qu’il chausse ses pantoufles et fait le feu dans la cheminée.© Atelier du Livre qui rêve

Vedrenne. Le pain chaud du matin tôt. Qui a l’œil sur tout. Prévoit tout. Et prévient tout. Arrondit les angles. Relie les pointillés. Comble les espaces et lie les éléments. En silence. En douceur.  Toujours en empathie. Il a de grandes colères, disent ses proches.  (un état que je n’ai pas eu le privilège de connaître !)

Vedrenne, le créateur. Dont il faudrait aménager le confort des idées, pour des innovations, des trouvailles toujours plus poussées, plus récentes. Pourtant c’est au confort de la troupe qu’il pense. Confort, surtout,  de « Madame Lecoutre»,  (comme il aime, amoureusement, à l’appeler !)   qu’il enrobe de ses pensées.

L’homme Vedrenne : un tout. Un ensemble singulier qui vit pour le collectif. Le collectif : la troupe ; les publics ; les enfants  dont il veut titiller l’enfance, l’innocence pour l’enfant qui dort et peut s’éveiller de nouveau en chacun de nous. Enfance de tendresse, de baisers, de diableries, d’émerveillement, de beauté.

Guirlandes, papiers de soir (et d’Arménie !), découpages précis et précieux, dessins piqués d’humour et de forfanterie, d’audace, marionnettes petits et grands formats.

                                                                            ( dessin Yves Vedrenne. Jeu de L'oie géant sur les contes de fées © livre qui rêve)

Védrenne collectionneur aussi, de stylos (pour le dessin, bien sûr) et de bagues, de bouquins sérieux et pas sérieux, pour les enfants et les adultes. Et de vaches : de toutes sortes et tous matériaux et de toutes couleurs, qui beuglent et qui meuglent. Et vous réveillent au petit matin !

grenouille ©Atelier du livre qui rêveIl débouche le vin et passe le fromage, autour de la grande tablée d’amis, des proches de la famille, des comédiens qui sont la famille aussi. Et les mots fusent. De  Abel qui sauce son pain et passe le mot saucé à Emma. Angèle et les autres (Emilie et  Jeremy) commentent le dernier « Jean de la lune ».
«  Chaque spectacle est différent»   dira  Françoise .
Vedrenne laisse la table pour souffler le feu de la cheminée. Les mille brindilles qui crépitent font s’élever de minuscules paillettes dorées, comme celles dont Angèle parsème les cheveux des enfants, au final des spectacles.

 

( dessin Yves Vedrenne. Maquette pour affiche à Melun © livre qui rêve)

 

 

Yves, tu es parti en  escapade, ce jour du 22 janvier ! Dans le ciel, tu parcours les nuages, à cheval sur ton char d’or, racontant à voix basse  contes et histoires, présentant  aux nuages dessins et marionnettes. A ta façon. Tendre et amusée. Pleine d’amour, de générosité, d’humanité. Et de beauté.

Ton char a laissé une pluie de poussières d’or sur mon visage.

 

Yves te Angèle Musée DobréeCB--5628(Photo :Yves et Angèle Vedrenne © C.Blanchard)

Auteur article:  © Anique Sylvestre Conservateur Médiathèque du Lamentin et Directrice de la bibliothèque Schoelcher, Fort de France